Wednesday, September 30, 2015

Orla




Non vi nascondo che, durante la mia vacanza londinese, oltre a fare i saldi da Orla Kiely, ho provato buona parte della collezione autunno-inverno che era appena uscita. Molte belle cose, comprato nulla, preso appunti. 

E’ tutto bello come al solito, tessuti morbidi per un autunno al caldo, taglie complicate (per farvi un’idea, normalmente faccio una taglia 8-10 in pantaloni mentre da Orla faccio una 6: prendete una taglia più piccola), dei prezzi che non scherzano (iscrivetevi alla newsletter per avere degli sconti ogni tanto, è il solo modo per comprare Orla senza mettersi a piangere) ma è bello, retrò, colorato, è un antidoto all’inverno grigio! I pantaloni non sono ancora sul sito, ma sono tagliati benissimo (= vi fanno una silhouette da sogno). Gli oggetti per la casa pure sono carinissimi e conoscono un bel successo in Inghilterra (e a casa mia). Per quanto riguarda le scarpe della foto qui sotto, le trovo stupende e ne ho un paio simile preso da Chie Mihara su Spartoo poco fa.

Je ne vous cache pas que, pendant mon séjour londonien, en plus d’aller faire les soldes chez Orla Kiely, j’ai essayé bonne partie de la collection automne-hiver qui venait tout juste de sortir. Beaucoup de belles choses, rien acheté, pris des notes. 

Tout est beau comme d’habitude, des matières toutes douces pour un automne au chaud, des tailles compliquées (pour vous faire une idée, je fais normalement un 8-10 en pantalon et là je fais un 6 : prenez une taille plus petite), des prix qui rigolent pas (inscrivez-vous à la newsletter pour avoir des réductions de temps en temps, c’est le seul moyen d’acheter chez Orla sans se mettre à pleurer), mais c’est beau, rétro, coloré, c’est une antidote à l’hiver gris ! Les pantalons ne sont pas encore sur le site, mais ils sont super bien coupés (= ils vous font une silhouette de rêve). Les objets pour la maison aussi sont jolis tout plein et connaissent un sacré succès en Angleterre (et chez moi). 




Thursday, September 24, 2015

3 idee per semplificarsi la vita




… ed alzarsi un quarto d’ora più tardi la mattina. 

Non so voi, ma io quando suona la sveglia la mattina, voglio alzarmi per farmi un caffè, mangiare il pane infornato la sera prima con la confettura di mia mamma, andare sotto una bella doccia calda e scegliere un bel vestito… e basta. Le mattine sono più belle senza dovere truccarsi troppo, pettinarsi senza fine, depilarsi all’ultimo minuto! 

Trois idée pour se simplifier la vie… et se lever un quart d’heure plus tard le matin.

Je ne sais pas vous, mais moi quand le réveil sonne, j’ai envie de me faire un café, manger le pain préparé la veille au soir et la confiture de ma maman, prendre une douche chaude et choisir une jolie robe… et c’est tout. Les matins sont plus beaux quand on ne doit pas trop se maquiller, se coiffer, s’épiler à la dernière minute ! 




Wednesday, September 23, 2015

Stadio dei Marmi




Una bella mattina, dieci giorni fa, il signore del delitto ed io abbiamo lasciato una Torino piovosa ed ancora addormentata per trascorrere un lungo week end a Roma e goderci l’estate dove si trova ancora. Prima giornata: Stadio dei marmi per la tappa romana del Longines Global Champions Tour. In altre parole, pomeriggio con un abito carino a mangiare dei gelati sotto le sessantaquattro statue di atleti di marmo di Carrara nel famoso stadio anni ’30, per seguire un concorso equestre che riunisce dei cavalieri e dei cavalli di alto livello. 

E’ molto elegante un concorso equestre. Ha un che di netto ed ordinato, calmo e degno anche nei momenti di suspense. I cavalli sono pettinati bene, hanno dei piccoli chignon e una nervosità da cavalli da corsa. I cavalieri sono gente molto chic, c’è pure uno sheikh (suona bene essere shiekh, no?) E poi c’era la campionessa Jane Richard Philips, ricordate

Eccomi dunque con un abito Orla Kiely durante una breve pioggia con un atleta dietro di me. 

Un beau matin, il y a dix jours, M. del delitto et moi avons quitté une Turin pluvieuse et encore endormie pour passer un long week-end à Rome et profiter de l’été là où il se trouve encore. Premier après-midi : Stade des Marbres pour l’étape romaine du Longines Global Champions Tour. En d’autres mots, un après-midi en jolie robe à manger des glaces sous les soixante-quatre statues d’athlètes de marbre de Carrare dans le célèbre stade des années 30, pour suivre un concours équestre qui réunit des cavaliers et des chevaux de haut niveau. 

C’est très élégant un concours équestre. Ça a un côté net et bien rangé, calme et digne même dans les moments de suspense. Les chevaux sont bien coiffés, ils ont la crinière nouée en de petits chignons et une nervosité de cheval de course. Les cavaliers sont des gens très chics, il y a même un sheikh (ça sonne bien n’est-ce pas). Et puis il y avait la championne Jane Richard Philips, vous vous souvenez ? 

Me voici donc en robe Orla Kiely pendant un courte averse avec un grand costaud derrière moi. 




Friday, September 18, 2015

Back to school





Se fossi rimasta in Francia, avrei fatto la maestra. Avrei passato le mie giornate in una vecchia scuola sotto una carta geografica a trasmettere il piacere di leggere e ad insegnare le moltiplicazioni, e avrei sorvegliato i bambini che giocano al rialzo. Ma in Italia il mio accento francese ed io abbiamo deciso di vivere un’altra vita, e se non rimpiango nulla, continuo ad amare le lavagne e i mappamondi. Che bella sorpresa quindi di scoprire il lookbook della nuova collezione di Lazzari di cui le foto sono state fatte alla GuestHouse LaScuola di Lusiana, che si trova appunto in una vecchia scuola nelle colline venete. Notate che il tema scuola si invita sui vestiti con delle stampe matite, gommine, libri e dinosauri.

Si j’étais restée en France, j’aurais été institutrice. J’aurais passé mes journées dans une vieille école sous une carte géographique à transmettre le plaisir de lire et à enseigner les tables de multiplication et j’aurais surveillé les enfants qui jouent au chat perché pendant la récré. Mais en Italie mon accent français et moi avons décidé de vivre une autre vie, et si je ne regrette rien, je continue à aimer les tableaux noirs et les mappemondes. Quelle bonne surprise donc de découvrir le lookbook de la nouvelle collection de Lazzari, dont les photos ont été faite à la GuestHouse La Scuola di Lusiana (site traduit en français, ce sont de bons élèves!) un B&B qui se trouve précisément dans une ancienne école, dans les collines non loin de Venise. Remarquez que le thème école s’invite sur les vêtements avec des motifs crayons, gommes, livres et dinosaures. Vous ne connaissez pas Lazzari ? Il s’agit d’une marque italienne d’excellente qualité dont les vêtements sont entièrement fabriqués en Italie et qui sont en vente sur le site de la marque.




Wednesday, September 16, 2015

6 outfit quasi autunnali e un sacco di storie




In Inghilterra, il signore del delitto ed io abbiamo imparato a guidare a sinistra (quasi facile !), abbiamo dormito in una ex cappella di pietre persa nelle colline, abbiamo incontrato dei cavalli in libertà mentre stavamo attraversando la Cornovaglia, abbiamo ballato lindy hop sul Tamigi con un sacco di gente super chic vestita anni ’30. Niente era previsto tranne l’itinerario (e ancora, non così tanto). Prenotiamo sempre all’ultima, saltiamo sull’occasione quando si presenta. Ci siamo fermati un’ora nelle colline piovose quando abbiamo incontrato i cavalli e siamo arrivati a Londra più tardi del previsto. Abbiamo saputo la sera prima che una serata swing era organizzata sul Tamigi e non eravamo sicuri di avere dei posti. Viaggiamo sempre così, a seconda della voglia, degli incontri, delle sorprese. Ho anche trascinato il mio povero uomo in un numero incalcolabile di negozi di vintage e di design a Canterbury, Brighton e Londra, abbiamo passato dei pomeriggi interi nelle gallerie di arte contemporaneo, abbiamo scoperto un sacco di buoni indirizzi grazie a mio fratellino che vive a Londra in un’adorabile casa con bow window insieme a dei coinquilini un po’ eccentrici. 

Tra qualche giorno vi darò un sacco di idee e di buoni indirizzi di cose da fare a Londra (diversi post – beati voi!) Intanto ecco qualche foto delle mise che ho indossato in Inghilterra, dove l’estate aveva un gusto d’autunno. Tutte le foto – colline, casette, Londra e così via – sono su Instagram

Qui sopra, abito Orla Kiely for People Tree (marca equo e solidale) e sandali Max Vincent (marca di scarpe per monaci) al castello del re Arturo. Faceva caldo (non più per molto).

En Angleterre, M. del delitto et moi avons appris à conduire à gauche (presque facile !), avons dormi dans une ancienne chapelle en pierre perdue dans les collines, avons rencontré des chevaux en liberté alors que nous traversions la Cornouaille, avons dansé le lindy hop sur la Tamise avec plein de gens trop chics habillés années 30. Rien n’était prévu à part l’itinéraire (et encore, pas tant que ça). Nous réservons toujours au dernier moment, nous sautons sur l’occasion quand elle se présente. Nous nous sommes arrêtés une heure dans les collines pluvieuses quand nous avons rencontré les chevaux et nous sommes arrivés plus tard que prévu à Londres. Nous avons su la veille qu’une soirée swing était organisée sur un bateau et nous n’étions pas sûrs d’avoir des places. Nous voyageons toujours comme ça, au gré des envies, des rencontres, des bonnes surprises. J’ai aussi entrainé mon pauvre homme dans un nombre incalculable de boutiques de vintage et de design à Canterburry, Brighton et Londres, nous avons passé des après-midi entières dans des galeries d’art contemporain et nous avons découvert un tas de bonnes adresses grâce à mon petit frère qui vit à Londres dans une adorable maison à bow window avec des colocataires un peu excentriques. 

Dans quelques jours je vous donnerai un tas d’idées et de bonnes adresses de trucs à faire à Londres (plusieurs posts, petits veinards !) En attendant, voici quelques photos des tenues que j’ai portées en Angleterre, où l’été ressemblait à s’y méprendre à l’automne. Toutes les photos – les collines, les maisonnettes, Londres et ainsi de suite – sont sur Instagram

Ci-dessus, robe Orla Kiely for People Tree (marque équitable) et sandales Max Vincent (marque de chaussures pour moines) , au château du Roi Arthur. Il faisait chaud (ça n’a pas duré). 




Friday, September 11, 2015

Vinoperfect, come lottare contro le macchie cutanee dopo l'estate




Ho un grande difetto : adoro fare il mio giardino. Ho un piccolo giardino tanto carino che dà su un frutteto pieno di meli, la mia vicina di casa ha qualche gallina e mi vende le uova fresche che va a raccogliere, mette nel suo cappello di paglia, e me lo passa sopra il vecchio muro di mattoni che separa i nostri due giardini. Lavoro da casa, esco spesso a fare il giardino mezz’oretta a pranzo, è il mio modo di cambiarmi le idee e di passare tempo con i miei quattro gatti. Ed ecco come, giorno dopo giorno, esco “per pochi minuti, solo il tempo di togliere qualche erbaccia e raccogliere i lamponi” sotto il duro sole estivo, senza protezione solare visto che sto per rientrare in casa. Quest’anno il sole non mi ha perdonata: a luglio mi sono accorta di avere delle macchie di sole sul viso. Aiuto! 
.
J’ai un grand défaut: j’adore jardiner. J’ai un petit jardin mignon tout plein qui donne sur un verger plein de pommiers, ma voisine a quelques poules et me vend les œufs tout frais qu’elle ramasse et met dans son chapeau de paille qu’elle me donne par-dessus le vieux mur de briques qui sépare nos deux jardins. Je travaille à la maison, je sors souvent jardiner une petite demi-heure à midi, c’est ma façon de me changer les idées et de passer du temps avec mes quatre chats. Et voilà comment, jour après jour, je sors « pas longtemps, juste le temps d’enlever quelques mauvaises herbes et cueillir des framboises » sous le dur soleil italien, sans protection solaire vu que je pense rentrer tout de suite dans la maison. Cette année, le soleil ne m’a pas pardonnée : en juillet je me suis rendu compte que j’avais des taches de soleil sur le visage. Au-secours ! 




Tuesday, September 08, 2015

Summer jamboree e ballerini vintage




Stesse cabine, stessi colori, stesso cappello… rieccomi al festival vintage Summer Jamboree, uguale (o quasi) all’anno scorso
.
E’ divertente andare due anni di fila allo stesso festival. Si riconoscono i ballerini stranieri super stilosi dell’anno precedente, si sa che si passeranno le giornate con delle scarpe da ballo piene di sabbia, si conoscono già i buoni indirizzi vintage… ma non si sa sempre che certi pomeriggi andranno a finire male (ultima foto! Aiuto!) 
.
Qui sopra, abito Lazzari (collezione di quest’estate), cappello anni ’50 preso su Etsy e i miei soliti occhiali, identici a quelli del dj rock’n’roll della spiaggia, una sorta di professor Tornasole in camicia hawaiana. 
.
Mêmes cabines, mêmes couleurs, même chapeau… me revoilà au festival vintage Summer Jamboree, égale (ou presque) à l’année dernière
.
C’est amusant de se rendre deux ans de suite au même festival. On reconnaît les danseurs étrangers super stylés que l’on avait remarqués l’année passée, on sait qu’on passera nos journées en chaussures de danse pleines de sable, on connaît déjà les bonnes adresses vintage… mais on ne sait pas toujours que certaines après-midi vont mal se terminer (voyez la dernière photo ! Au-secours !) 
.
Ci-dessus, robe Lazzari (collection de cet été), chapeau années 50 acheté sur Etsy et mes éternelles lunettes, identiques à celles du dj rock’n’roll de la plage, une sorte de professeur Tournesol en chemise hawaïenne. 




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

  © Blogger templates 'Neuronic' by Ourblogtemplates.com

Back to TOP